News


SMACK DAB IN THE MIDDLE

The vocal side of Thad Jones

Le nouvel enregistrement du Vintage Orchestra porte sur un univers peu exploré : celui de la musique vocale écrite par le grand compositeur et trompettiste Thad Jones. Si les compositions instrumentales pour son grand orchestre ont fait le tour du monde et ont été réenregistrées par une foule d’interprètes, ses arrangements pour une voix de soliste, datant de la période 1965-1968, n’ont jamais été rejoués ni même édités depuis sous forme de partitions. Il a donc fallu pour exhumer cette musique un travail minutieux de réécoute et de transcription, auquel se sont consacrés Dominique Mandin, Stéphane Guillaume, François Biensan, Jon Boutellier et Erick Poirier non pas dans l’idée d’une restitution fidèle à l’original, mais plutôt d’une réappropriation de ces oeuvres par un orchestre aguerri par quinze ans de pratique commune du répertoire de Thad Jones. Denise King et Walter Ricci, l’une chanteuse confirmée sur la scène américaine et internationale, l’autre jeune chanteur très prometteur au passé déjà riche d’évènements et de récompenses, sont les voix idéales au service desquelles se met l’orchestre pour recréer ce répertoire oublié et pour ainsi dire presque nouveau puisqu’inédit. C’est donc un projet international par nature, audacieux et inattendu que propose le Vintage Orchestra pour le disque et sur scène dès 2017.

Concerts


2017: 8 juin – Studio de l’Ermitage (75)
concert de sortie de disque

17 octobre – Jazz à Eaubonne (95)

25 octobre – Café de la Danse Paris. Concert à 20h

17 novembre-Festival « Place au Jazz »Antony (92)

20 décembre- New Morning Paris. Concert à 21h

 

Teaser


Les membres de l’orchestre

Saxophones: Dominique Mandin / Olivier Zanot / Thomas Savy / David Sauzay /
Jean-François Devèze

Trompettes: Erick Poirier / Lorenz Rainer / Fabien Mary / Julien Ecrepont

Trombones: Michael Ballue, Bastien Ballaz, Jerry Edwards, Martin Berlugue

Piano: Florent Gac

Contrebasse: Yoni Zelnik

Batterie: Andrea Michelutti

Invités au chant Denise King & Walter Ricci

Denise King est un pur produit de Philadelphie, où elle a vu le jour le 31 Octobre 1954. On peut la qualifier de «natural singer» car elle s’est formée seule au chant, en dehors de tout circuit pédagogique, par son seul contact direct avec le jazz. Et c’est «sur le tard» (à 30 ans) qu’elle a débuté sa carrière de chanteuse, sans l’avoir préméditée (comme elle l’explique ici). C’est que Denise King est avant tout une nature. Un petit bout de femme débordant d’énergie, de bonne humeur et de swing ! S’inscrivant dans une tradition ancrée dans l’histoire du jazz, elle est de ces personnages qui ont su sublimer les épreuves de l’existence par leur art, dans un rapport authentique à l’expression jazzique. Car Denise King ne surjoue pas, n’utilise pas d’artifice, elle vit pleinement les chansons qu’elle interprète. La chanteuse est également le témoignage vivant que l’Europe reste, malgré tout, une terre promise –particulièrement Paris– pour les musiciens américains. Lors de sa première venue à Paris, au milieu des années quatre-vingt-dix, pour une semaine, Denise King se produit à La Villa, le club de St-Germain-des-Prés. Rentrée à Philadelphie, elle inonde le patron du club de matériel promotionnel pour y revenir. Quand il accepte, suite à un désistement, elle saute dans un avion pour honorer son engagement. Là, elle rencontre le pianiste Olivier Hutman. Quelques années plus tard, en 2008, il la contacte pour lui proposer de travailler ensemble. C’est l’occasion pour la chanteuse de s’installer à Paris. S’en suit une collaboration d’environ six ans et des tournées à travers l’Europe. (Extraits Jazz Hot, printemps 2016)

Jeune chanteur de jazz napolitain en marche vers une carrière internationale. A 14 ans, il avait déjà atteint la maturité qui pouvait lui permettre de jouer dans les meilleurs clubs italiens avec son quartet. Depuis, il enchaîne rencontres, tournées, enregistrements : tour européen avec Stefano di Battista, contrat avec RAI 1 où il chante aux côtés de Michael Bublé, spécial guest de Lucas Santaniello pour un hommage à Cole Porter au Lincoln Center de New-York …Il a chanté aux côté de Jerry Weldon, Greg Hutchinson, Fabrizio Bosso, Paolo Fresu, Mario Biondi, Emmet Cohen … Il a été sélectionné cette année pour le prestigieux concours Monk à Los Angeles (seulement deux artistes choisis en Europe !). En France, il tourne au sein des projets de Jean-Pierre Como « Express Europa » (où il chante avec Hugh Coltman) et Dédé Ceccarelli « West Side Story » et avec le quintet qu’il a formé avec le saxophoniste David Sauzay (CD « Nice&Easy », a tribute to Frank) qui rend hommage à Sinatra pour le centenaire de sa naissance.

VO Big Band


Le Vintage Orchestra existe
depuis le début des années 2000


Créé à l’initiative d’un groupe de musiciens désireux d’approfondir le travail au sein d’un grand ensemble de jazz, il a très rapidement été identifié comme la meilleure phalange en son genre sur la scène française. Cette réussite repose à la fois sur les qualités individuelles des membres de l’orchestre, tous membres très actifs de la scène actuelle du jazz et considérés comme des références à leur poste, et sur l’état d’esprit qui les unit, dans la poursuite d’un but commun et sans cesse remis sur le métier : l’équilibre d’une grande formation au sein de laquelle les compétences multiples doivent trouver leur place et s’épanouir.

Chaque membre de l’orchestre est au service du collectif et de la musique ; de la qualité du travail de chacun dépend celle du travail des autres, ainsi que le résultat final ; les personnalités s’expriment sans laisser de place à l’ego. La force du Vintage Orchestra repose sur cet axiome incompressible d’exigence et de cohésion, que la partition abordée soit du domaine de la création ou du répertoire.

Les solistes de l’orchestre, souvent directeurs musicaux de leurs propres projets, trouvent en la section rythmique très souple et réactive l’écrin idéal pour leurs improvisations et l’expression de leurs personnalités très différentes. Il n’est pas ici question d’orthodoxie stylistique malgré l’évidence d’une culture partagée, celle d’un jazz multiple et polychrome, tourné par tradition vers la recherche et la modernité ; un concert est une suite de décisions prises en interaction. L’unicité de chaque performance est ainsi garantie, pour le plaisir du public qui voit sous ses yeux se faire le processus d’évolution de la musique en temps réel.

Revue de presse


« Ils ont la passion des big bands modernes. Le culte des arrangeurs, le goût des partitions échafaudées, le souci de la perfection, le sens des solos. Et le plaisir, évidemment, principal moteur de leur désir collectif de faire exister un orchestre […].

Depuis trois ans, le Vintage Orchestra existe d’abord par la motivation de ses membres. Certains sont déjà des références en matière de pupitre ; d’autres se sont révélés redoutables improvisateurs en club. Ensemble, ils forment un ensemble d’une rare qualité. Consacré à Thad Jones, leur premier album est, outre une déclaration d’amour à l’une des grandes plumes des années 60, une démonstration de savoir-faire, un bel exemple de leurs capacités. »

Vincent Bessières, Jazzman.

« C’est une riche idée que de redonner vie à quelques-unes des plus belles partitions écrites par Thad Jones pour ce qui fut le plus beau big band de son temps, « The Jazz Orchestra », que le trompettiste co-dirigea de 1966 à 1979 avec le grand batteur Mel Lewis. On s’aperçoit en effet, mais on pouvait s’en douter, que les arrangements et compositions de Thad, bourrés d’originalité et truffés de trouvailles merveilleuses, semblent imperméables aux ravages du temps qui passe et sonnent aujourd’hui, à travers l’interprétation enthousiaste et pertinente des jeunes musiciens du Vintage Orchestra, comme si elles dataient d’hier soir ou de demain matin… »

Claude Carrière

« Thad Jones est le héros de Thad par ce Vintage Orchestra affûté, qui compte dans ses rangs des solistes qui ont par ailleurs réussi leurs propres projets en leaders (le trompettiste Fabien Mary, par exemple).Tout l’art du Vintage Orchestra étant d’équilibrer le suivi des partitions originales et son propre vécu. Et tout l’art de la formation étant d’y réussir magistralement. […] Quand les bacs des derniers disquaires débordent de « projets compositionnels personnels » mal fagotés, des enregistrements comme Thad s’imposent d’eux-mêmes sans restriction. »

Sylvain Siclier, Le Monde.

« L’orchestre est à la hauteur: solistes et sections nous offrent une interprétation nerveuse, précise et imaginative. Une réussite, dans le genre. »

Patrick Pommier, Jazz Magazine.

«Qu’ait été choisie la musique de Thad Jones comme sujet d’un album relève d’une initiative dont on ne saurait trop se féliciter ; et féliciter les artisans d’une entreprise un peu folle, Dominique Mandin et le Vintage Orchestra. […] Les arrangements de Thad Jones sont servis là de fort belle façon -sans l’être à l’identique, bien sûr- avec d’impeccables solistes. »

Alain Tercinet, Jazzman.

« Les arrangements de Thad Jones ont l’air pondu du jour au soleil des cuivres, la rythmique swingue, les solistes sont impressionnants. »

Télérama

Discographie

2017 « Smack Dab in The Middle »
Gaya Music

2006 « Grands Formats »
Compilation, Le Chant du Monde

2005 « Weatherman »
Jazz aux Remparts

2004 « Thad » Nocturne

Contactez-nous


© 2017 Vintage Orchestra | Tous droits réservés

Made with  by creative eeden

Crédits photos & vidéo – Pauline Pénicaud
Crédit photo Denise King- Paul Evrard
Crédit photo Walter Ricci – Ph.Andrea Boccalini
Crédits photos Big Band – Daniel Margreth